Jumelage du Pays-de-Gallie
avec  Rösrath

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

Oktoberfest à Feucherolles 8 octobre 2016 en coopération avec le Club Rotary

En Octobre, on se détend comme on peut !

Découvrir au travers du Jumelage la culture et les traditions de nos amis allemands, c’est aussi comprendre ces moments sacrés de l’année où la liesse populaire sait mettre sous le boisseau le stress du quotidien, quitte à en noyer les démons !
À Munich, par exemple, c’est célèbre fête de la bière, l’Oktoberfest, qui commence le 1er samedi de la 2ème quinzaine de septembre à midi et se termine le 1er dimanche d'octobre, soit près 18 jours festivités. La fête s’ouvre sur le défilé de plus de huit mille personnes en costume traditionnel : culotte de peau pour les hommes et robe à manches bouffantes et tablier de couleurs vives (Dirndl) pour les femmes. Célébration des moissons et de la jeune potion magique, c’est pourtant à l’origine la commémoration des fêtes qui suivirent le mariage du 12 octobre 1810 du futur roi Louis Ier de Bavière avec la princesse Thérèse de Saxe-Hildburghausen, dont le 200e anniversaire a été célébré en 2010. Qui s’en souvient ?
Le 8 octobre, notre Comité de Jumelage apportait son label à l’Oktoberfest organisée par le Club Rotary à Feucherolles. Un beau succès pour les 150 joyeux participants. De leur côté, le 11 novembre à 11 h 11 et jusqu’au mercredi des Cendres, nos amis de Rösrath se joindront Cologne pour célébrer son célèbre Carnaval, avec ses cortèges bruyants et colorés : celui du lundi (Rosenmontagszug), la journée d'émancipation des femmes (Weiberfastnacht), autorisées ce autorisées ce jour-là à couper les cravates des hommes et à embrasser tous les passants, le corso des écoles (Schull und Veedelszöch), celui des fantômes (Geisterzug), puis le cortège final du Mardi Gras où l’on brûlera Monsieur Carnaval (Nubbelverbrennung)…

Voyage culturel et œnologique d’octobre en terre bordelaise

Parmi la quarantaine de participants à ce superbe périple, plusieurs amis allemands ne connaissaient Bordeaux qu’au travers d’étiquettes de bonnes bouteilles… Et pour tous, la chance de goûter aux dernières grappes sucrés abandonnés dans les vignobles célèbres de Cabernet ou de Merlot, tout juste vendangés, et d’apprendre dans les chaix les processus de traitement et de vinification des grands crus. En avant-garde, Margaret et Patrick, conseillés par Catherine Fortin, avaient mis au point le parcours et choisi Astrid, l’experte franco-allemande, qui nous a conduits au long des quatre jours. Pour le culturel, on retiendra la découverte du riche patrimoine de Bordeaux (Cité du Vin, vie nocturne et restos de la vielle ville…), du site rupestre de Saint Emilion, nos promenades en bateau en Gironde puis vers l’Ile aux Oiseaux sur le bassin d’Arcachon assortie d’une dégustation d’huîtres du pays. Quant à nos papilles, l’accueil aux châteaux de crus célèbres a été chaleureux : Lalande-Pomerol de Tournefeuille, Saint Emilion de Soutard, les Graves de Pape Clément, le Médoc du Taillan, le Margaux de Kirvan, le Saint Julien de Branaire… Le transport en car ou en bus a fait pardonner nos possibles excès ; aux casse-croûtes, la convivialité y était, et pas nécessaire de parler allemand !

 

Le Comité de Jumelage fête Carnaval

L’enjeu d’un Jumelage est aussi de découvrir et apprécier la culture et les traditions du partenaire. S’agissant de nos amis allemands, c’est aussi comprendre ces moments d’exception où la liesse populaire sait mettre pour un temps sous le boisseau le stress du quotidien, quitte à en noyer les démons par la fête, quelquefois bien arrosée. Nos amis d’Outre-Rhin savent si bien le faire !

Quelle belle occasion pour le Comité, ce 25 février 2017, d’inviter les sympathisants du Jumelage à venir concélébrer, à Chavenay, cette grande tradition populaire du pays ami.

Fêtes populaires, traditions familiales et cortèges de la Saint Martin ou de Carnaval…, nous les avions fait découvrir aux enfants des écoles du Pays de Gallie lors de la journée franco-allemande de janvier 2017. Pauvre Clovis, si nos écoliers n’avaient en mémoire que la soirée d’octobre, où ils parcouraient nos rues à l’appel d’Halloween !

En effet, à Cologne et Rösrath, pour grands et petits, la longue période du Carnaval 2017 avait commencé le 11 novembre à 11 h 11, avec sa série de cortèges et bals populaires, aussi colorés que bien arrosés, le mercredi des Cendres terminant la fête.

Le Carnaval de Cologne (carne vale signifiant adieu à la viande) est presque aussi vieux que l'histoire de la ville elle-même. L’organisation que nous lui connaissons aujourd'hui a près de 2 siècles. Les anciens célébraient le solstice d'hiver, afin de rendre hommage aux dieux et chasser les démons et sorcières de l'hiver. Le christianisme n’a pas pu changer grand-chose à ces traditions païennes. En 1794, Cologne a été occupée par les troupes révolutionnaires françaises, qui en ont interdit les cortèges, rétablis par Napoléon lors de son passage en 1804.

Si vous étiez à Cologne ou Rösrath en février 2017, vous auriez vécu successivement :

  • le jeudi 23 : la Weiberfastnacht, journée dite d'émancipation des femmes, autorisées ce jour-là à couper les cravates des hommes et à embrasser tous les passants ;
  • les corsos des écoles, le cortège des fantômes (Geisterzug), un défilé alternatif aux costumes portant les couleurs des 4 saisons. On y crie Kölle Alaaf, Vive Cologne !
  • le lundi 27 : le Rosenmontag, lundi des roses, avec l’intronisation du héro Carnaval ;
  • le mardi 28 de Mardi Gras : son dernier défilé clôture la saison de fêtes avec, dans chaque bar, la traditionnelle incinération de Monsieur Carnaval ;
  • le mercredi 1er mars des Cendres : on entre en pénitence de carême, par les menus de poisson servis dans tous les restaurants de la ville. 

La coupe de tennis 2017 du Pays de Gallie

Je t’adore soleil, quand tu mets dans l’air des roses et permets au 16ème tournoi du Pays de Gallie d’être une grande réussite ! Aux joueurs de 2ème série, s’ajoutaient cette année des joueurs et joueuses de 16 à 18 ans, donnant un souffle de jeunesse au tournoi. 98 participants, 28 dames et 70 messieurs, se sont rencontrés sous la direction de l’arbitre Frank Rajasse qui a supervisé 97 matchs.

Au plan des finalistes : Anne Combe et Hélène Mius, 2 chavenaysiennes, jouaient cette année la finale dames, Anne l’ayant finalement emporté sur Hélène. Chez les messieurs, la jeunesse a primé, Adrien Gualino, de Feucherolles, a du laisser la place à Espen Lagard, de Chavenay. Le nombreux public présent aux finales a pu apprécier la qualité du spectacle.

Denis Flamant, maire de Chavenay, qui présidait la remise des prix, a exprimé sa satisfaction que les nouveaux locaux de Chavenay permettent désormais de ne plus compter sur le TC de Feucherolles en cas de mauvais temps ; le verre de l’amitié et un buffet copieusement garni ont clôturé cette superbe rencontre -JC Viaux

Le voyage à Rösrath de la chorale Ars Gallica de Feucherolles (mars 2017)

Des18 au19 mars 2017, 35 chanteurs et 5 musiciens étaient du voyage, la plupart ayant logé chez l’habitant, ce qu’ils n’ont finalement pas regretté ! Au programme, la Messe Brève de Gounod par le Frauenchor Forsbach, suivi de la Missa Tango de Palmiéri par Ars Gallica, appuyée par le quartet tango Lunares. 

Après un petit tour-découverte de la ville de Cologne offert aux choristes, le diner festif au Wöllner-Stift, maison de retraite de Rösrath, a réuni les participants français, organisateurs et officiels de Rösrath. Le Comité n’a pas regretté son soutien financier à cette superbe manifestation.

Notre grand voyage culturel à Rösrath du 25 au 28 mai 2017.

La Bürgerfahrt de cette année nous a d’abord conduit vers le Turmhof , constituant avec 5 autres dans la région, un important centre de biodynamique au milieu d’une réserve naturelle, pour déboucher ensuite à Stefansheide, ancien camp de prisonniers polonais et français de la 2ème guerre mondiale, qui sert de nos jours de centre d’accueil pour des enfants en difficulté.

L’autre point important de notre voyage fut la visite guidée du centre de Bonn, très bien restauré, et l’intéressante maison natale de L.van Beethoven remplie de partitions et d’instruments de musique. Après le déjeuner sous les arbres au bord du Rhin, nous visitions l’église St. Apollinaris qui surplombe les méandres du Rhin et les restes du célèbre pont de Remagen. Après la traversée du Rhin en ferry, nous retrouvions Rösrath juste à temps pour le vernissage de notre exposition commune sur l’Arche de Noé et le traditionnel dîner festif, organisés à la Versöhnungskirche. Une nouvelle fois, les travaux des enfants allemands et français ont émerveillé tous les visiteurs, 3 de nos artistes s’étant déplacés pour soutenir la réédition de cette exposition.

Sur le retour enfin, halte à Monschau, très belle petite ville ancienne dans l’Eifel, au sud d’Aix-la-Chapelle, encastrée dans une vallée profonde et traversée par la Rur. Juste avant de repartir pour le Pays de Gallie, un orage rafraichissait quelque peu l’atmosphère – nous avions eu entre 30 et 32° pendant 4 jours !

La quarantaine de participants de nos villages au périple sont rentrés pleins de nouvelles impressions et nous réfléchissons dès à présent à la célébration, l’année prochaine, du 20ème anniversaire de notre jumelage et au programme que nous souhaitons proposer à nos amis allemands. Avez-vous des suggestions ?              - Sigrid Pasty

Notre voyage culturel en Weserberland  (7 au 10 octobre 2017)

Nouveau superbe parcours culturel préparé par nos amis de Rösrath, il avait tout d’initiatique pour la quarantaine d’heureux participants des deux pays : le romantisme des eaux parcourues en bateau, les traces illustres du passage de Charlemagne… jusqu’aux légendes millénaires gravées au riche patrimoine en bonne partie inscrit à l’UNESCO.

D’abord Höxter, où nous étions hébergés, au passé prospère des abbés de Corvey ; la ville a su protéger ses constructions moyenâgeuses aux colombages typiques. Fürstenberg, avec sa célèbre manufacture de porcelaine. Bad Karlshafen, dont le musée des Huguenots rappelle cette grande vague d’émigration protestante, en partie issue de France, à l’impact largement positif pour l’économie du pays. Corvey, la carolingienne, marquée par Charlemagne et les bénédictins. Bodenwerden, dont chaque placette ou coin de rue conte les aventures du farfelu baron de Münchhausen ; nous y faisions une halte dégustation à sa distillerie Reileifzen. Enfin, Hamelin, bâtie sur la légende d’un certain Joueur de Flute chasseur de rats… Quelques photos vous en diront plus !